Les vélos acceptés dans les bus – Lausanne pionnière!

velos_bus.jpg 

Les vélos acceptés dans les bus –

Lausanne  pionnière!

 

L’arrivée de l’été sera à marquer d’une pierre blanche cette année pour les cyclistes lausannois ! Dès le 21 juin, les vélos seront en effet admis dans les bus des TPL! Ce sont nos amis coursiers de Vélocité (la boîte de coursiers de Lausanne) qui vont être tentés d'en profiter ;)! (même si un vélo, c'est plus beau quand ça roule!)

 

Le transport du vélo coutera cependant le prix d’un billet normal (alors que personne ne penserait faire payer à un voyageur sa valise encombrante, ou sa poussette à une maman). C'est une fois de plus la bonne vieille et incompréhensible discrimination anti-vélo qui a encore frappé. Mais bon, petit à petit Rome fait son nid, et l’oiseau ne s’est pas fait en un jour.

C’est déjà un signe de progrès d’une politique de mobilité douce réelle, que de permettre la complémentarité des transports publics et du vélo. Un tout petit pas pour l'humanité, mais un pas quand même pour le cyciste, que j'espére voir se généraliser à tous les transports publics des villes romandes. A commencer par Genève, où les vélos sont tout sauf bienvenus.

 

bus_vlo_berlin.jpgPour moi il semble évident que si on veut avoir un discours cohérent et crédible en faveur de la mobilité douce, il faudrait non seulement autoriser le transport de vélos dans tous les transports publics (y compris les trains bien entendu) en prévoyant des espaces à cet effet, mais surtout il faudrait rendre ce service gratuit.

 

Si les vélos étaient vraiment bienvenus dans les trains par exemple, je suis persuadés que beaucoup plus d’usagers utiliseraient cette méthode supérieurement efficace : je vais à vélo jusqu’à la gare de ma ville, je l’embarque avec moi dans le train (sans aucune perte de temps pour trouver une place de parking, p.ex.). Dans le train j’ai un voyage relaxant avec une probabilité de rencontrer des bouchons en dessous de zéro. Arrivé dans ma gare de destination, je descends du train avec mon vélo et prêt à traverser la ville en un clin de pédale sans aucun obstacle.

 

Tout le monde à y gagner, même les CFF, qui se rendraient ainsi beaucoup plus attractifs et qui attireraient de nouveaux passagers dans leurs wagons.


Cette stratégie gagnant-gagnant (comme dirait Ségolène) est soutenue par Roue Libre. Nous avons écrit des courriers que nous allons envoyer aux responsables des TPG et des CFF concernés. Si ce « combat » vous intéresse, contactez-nous !

Plus on est de fous, plus l’avenir sera lumineux !

 

Source: ATS, Le Courrier

Source image: fotosearch

Votre commentaire

*