Bicycle Film Festival Zürich

bike_polo_bff.jpg Bicycle Film Festival Zürich


Un festival cinématographique dédié au vélo, fantasme « cyclographique »
me direz-vous ?

Que nenni ! Le  Bicycle Film Festival, qui en est à sa
8éme édition, a fait de Zurich une des 17 étapes de sa tournée 2008.

Au programme des films bien sûr, mais aussi des expos, un tournoi de vélo polo d'anthologie, des soirées déchaînées avec pleins de gens qui retroussent la jambe droite de leur pantalon et des alleycats interminables si on n'a pas de chance aux dés…

-



Pour l'anecdote, le festival lui-même est né d'un accident
de vélo ! Celui de son créateur, Brendt Barber, qui
après avoir rencontré la porte d'une voiture en remontant la 3ème
avenue décida d'engager l'argent de l'assurance pour faire de cette rencontre
fortuite quelque chose de positif pour le culte cycliste. L'idée du festival
était née !

Concept global, dans les villes qu'il traverse, le festival
est aussi l'occasion de lancer des passerelles entre musiciens, graphistes,
plasticiens, activistes – voir un savant mélange de tout ça si l'on considère
les travaux du collectif !Mediengruppe
Bitnik
-  qui prolongent la
programmation. 

La diversité de celle-ci – une centaine de films dont une
grande majorité de courts-métrages – consacre, s'il le fallait, le symbole
universel qu'est le vélo.

Finalement, c'est peut être cela la vrai richesse de ce
festival : susciter des rencontres.

A commencer entre des coursiers venus des 4 coins de
l'Europe, voir même de bien plus loin. Mais également avec un public qui trouve
dans le vélo plus qu'un simple loisir ou un mode de déplacement alternatif. La
sélection est à l'image de celui-ci, hétéroclite. Et finalement, c'est ce rôle
de catalyseur qui marque le plus les esprits.

Huit ans après la première édition, on se retrouve donc dans
un des canapés du cinéma Xenix 
parmi la centaine de milliers de spectateurs à travers la planète à avoir visionnés
le cru 2008.

De la performance « artistico sportive » (Belle Epoch), au clip (What a girl's to do, There is a flower in my pedal),
en passant par le récit de voyage (Goodbye tomorrow, Bike Car) ou la tranche de
vie (Bicycle stories). Le vélo devient tour à tour moyen d'expression (Jim's
Line), support créatif (waffle bike), exutoire (Bike Kill), voir critique
d'une société consumériste (Orange bikes take Manhattan).

On appréciera, bien sûr, une sélection vouée à la légende
et  au défi sportif (Kerin, Road to
Roubaix) qui continue de marquer l'imagerie populaire. Sans oublier le monde des
coursiers qui est également bien représenté  (Pedal, King of stitch, Macaframa ). Mais
c'est sans doute cet éclectisme qui décrit le mieux la programmation du
festival.

Nul besoin d'être un inconditionnel du fixie ou de connaître
toutes les petites histoires de la Grande boucle pour apprécier au moins une des
séances du programme. Même si vous pensez que Campagnolo est une sorte de pizza
et Shimano l'équivalent nippon du couteau suisse, les films sont savamment
distillés. Certains parlerons de facilité, d'autre de fascination, n'empêche
que : « bike rock ! »

N'hésitez pas à lâcher le mord de votre curiosité et allez
visiter le site du festival. Un bon filon à partir duquel vous risquez bien de
dénicher quelques pépites pour égayer vos mirettes.

Concept global, le festival transporte également diverses
expositions dans ses sacoches. Cette année le College Corner de Zurich et la
Grand Gallery abritent les photos de Peter Sutherland,

Tirées de son immersion dans le monde des coursiers new
yorkais, le réalisateur du documentaire Pedal, nous livre une série de portraits
sensibles qui expriment la force, les faiblesses, mais aussi la rage des
gueules qui compose la mosaïque de cette scène mythique. Un peu à  l'image des contradictions d'un job où l'on peut
passer sa journée à huiler les rouages de l'économie et ses nuits dans un local
technique du métro new yorkais.

Plus classique dirons nous : « Look ma no Brakes » est le fruit
d'une collaboration entre le célébrissime Ernesto Colnago et  de deux graphistes new yorkais, Futura et
Stash, autour du cadre « Master Pista ».

A noter également les oeuvres de Ko
Masuda
, un graveur de Yokohama qui transforme cintres, potences et autres
périphériques en de véritables pièces d'orfèvreries. Mais aussi les vélos
sculptures de Max Knight et de – rien que lui – Michel Gondry.

Le week-end a également 
été l'occasion du premier « European
hardcourt bike polo tournament »
. Du lourd : 28 équipes venant d'un
peu partout entre Lausanne, Berlin, Londres, Paris et New York.

Engagement total, remontées fantastiques, dribbles
incroyables, passes laser,  tirs
imparables,  mauvaise foi, « trash
talking »,  coups d'épaules, jantes
pliées et traces de pneus au rendez-vous. Tous les ingrédients étaient réunis
pour nous livrer un tournoi d'anthologie.

Si il fallait retenir, et bien on retiendra la plus belle
remontée du week-end au bénéfice de Genf nummer ein qui, bien qu'éliminée
prématurément, a fait vibré toute l'usine Freitag en s'imposant 4 à 3 après
avoir été mené 3 à 0 en 38ème de finale.

Big up à l'équipe de Berlin (Take care Captain Morgan and
see you on the road !) qui, après 13 h de bus envoyée durant la nuit, a détroussée
la 3ème place aux « Zombis RHM » de Londres. A noter le
gros niveau des munichois qui ont eus maille à partir avec les Fabulous French
Fucker from Paris pour atteindre le dernier carré.

Mais ça n'a pas été
suffisant pour arrêter  la machine
baloise, championne d'Europe en titre emmenée par Strom,  qui s'imposera en finale devant des Bavarois aussi
accrocheurs qu'une régie à la fin du mois. 

Histoire d'achever tout ce beau monde, nos hôtes zurichois
avaient également concoctés une alleycat du samedi soir « snakes and
ladders style ». Très efficace histoire que tout le monde ait une bonne
dose d'acide lactique à dissiper autour d'une cannette.

En définitive, un excellent week-end comme on aimerait voir
plus souvent. Aller un petit dernier pour la route : Yogurt VS
Gazoline
où la preuve par l'image de la suprématie du Birchermüessli
(spécialement celui de Yudith !) sur toute autre forme de carburant !

Votre commentaire

*