Un park(ing) Day qui tourne court…

Fondue à la BarjeMardi 22 septembre, Journée en Ville sans ma voiture, nous avions organisé un Park(ing Day) sur la place du Cirque (transformation de places de parking en espace de vie pour une durée éphémère). A peine arrivés, nous nous sommes faits jeter comme des malpropres par la police. Quelques chapitres plus tard, nous avons terminé à la Barje où nous avons mangé 4 kilos et demi de fondue…

Récit d’un évènement qui a tourné court suite à l’intervention abusive de la police.

16h30 nous arrivons sur place, plus de 4 kilos de fondue dans le sac, les poches remplies de monnaie (il en faut pour payer le parcomètre), la remorque à vélo chargée de tables, réchaud, tapis de sol, etc. Il fait beau, tout s’annonce au mieux pour que la soirée soit excellente.

16h45 la police débarque. Ils nous demandent nos pièces d’identité et après discussion nous interdisent d’occuper des places de parking. 1ère abus des forces de l’ordre : une place de parking est un espace public qui peut être utilisé à usage privé si 1) l’utilisateur paye la place, si 2) il ne dépasse pas la durée maximale et si 3) il y parque son véhicule. Cependant, rien n’interdit le stationnement d’un vélo + autre chose (en l’occurrence une table, des chaises, etc).

Vu le manque évident de tolérance et de patience de la police, nous décidons de nous mettre sur la partie centrale de la place.

17h00 des officiers de la police arrivent et nous somment de « disperser » l’évènement. Raisons ? Nous n’avons pas fait de demande d’autorisation pour faire une fondue en plein air et il est interdit de se rassembler à plus de 3 personnes sans une demande d’autorisation!!! Quand vous organisez un barbecue dans un parc, quand vous piqueniquez avec des amis sur une place publique, quand vous vous retrouvez à plus de 3 personnes dans la rue, est-ce que vous demandez une autorisation ??? De la science-fiction !!! Ce n’est uniquement en cas d’état d’urgence que la police peut mettre ce genre de loi en application, et nous ne sommes PAS en état d’urgence.

L’officier ne veut rien savoir, il nous somme de disperser la « manifestation » (qui n’en est pas une). A nouveau, la police n’a pas le droit de disperser une foule. Elle doit suivre les principes de proportionnalité et ne peut procéder à la dissolution que s’il y a EFFECTIVEMENT un danger de l’ordre public. Ils avaient peut-être peur que Roue Libre organise une bataille géante de fondue, que des caquelons volent, que sous nos tenues de cyclistes soient cachées des tenues d’anarchos prêts à tout casser…

L’officier ne veut toujours pas reconnaître qu’il abuse clairement de son pouvoir. Pour gagner du temps, on prépare une pétition que l’on fait signer. Manœuvre de dernière minute, la pétition est la dernière arme qui nous reste pour ne pas nous faire jeter hors de la place. L’officier revient, voit la pétition et s’énerve parce qu’il a soudainement l’impression qu’on le prend pour un *%&. « Paranoïa » à rajouter à la liste des défauts.

Après plus d’une heure de pourparlers, on décide finalement de se déplacer à la Barje, où on a pu manger notre fondue tranquillement… 4 kilos et demi sur deux caquelons.

Le plus triste dans tout ça ??? L’action avait perdu une partie de sons sens et de sa raison, en dehors d’une place de parking. La ville n’organise rien pour la journée en Ville sans ma voiture, soit. Des associations se mobilisent pour présenter quelque chose, en l’occurrence, un évènement festif, décalé et à l’ambiance bon enfant et TOUT est fait pour empêcher des bonnes actions citoyennes.

Pendant ce temps, nous étions bien placés sur la place du Cirque pour voir défiler ce flot de voitures monstrueux qui ne s’était pas diminué d’un iota pour cette journée « sans » voitures.

Ils veulent des demandes d’autorisations, ils en auront ! C’est décidé, l’année prochaine nous ferons une énorme demande d’autorisation…

5 Comments Ecrivez le votre ↓

Les commentaires récents sont en bas

  1. s6 #
    1

    Toujours demander le nom et le matricule du petit bonhomme bleu… Ca les calme tout de suite généralement… M’enfin bon, ce qui est passé est passé, l’année prochaine sera plus offensive!

  2. 2

    Dommage que ca ait tourné aussi vite au vinaigre, mais au final une super soirée de passée, la street parade était bien sympatique aussi (bien que trop encadrée par la police).

    Vivement le prochain événement du type :D

  3. 3

    j’ai passé un excellent moment aussi .. :)

  4. 4

    J’ai enfin vu l’article de la tribune, décevant à quel point ils ne parlent pas de l’attitude lamentable de la police.

  5. 5

    Tant mieux alors… c’est vrai que la bonne ambiance était au rendez-vous… juste dommage que l’action ait perdu un peu de sons sens dans cette migration improvisée!!!



Votre commentaire

*