CEVA ça va!

CEVA et Voie verte

CEVA et Voie verte

Pitié, si vous n’avez pas encore voté, allez-y !  Parce que si tous les gens intelligents vont voter, le projet CEVA sera forcément plébiscité ! Et votez ce que vous voulez, mais sachez une chose : le pseudo contre-projet (soi-disant moins cher et soi-disant plus efficace), il n’existe pas !

Tout d’abord, pour la plupart, les référendaires défendent leur pré carré (et ont peur des nuisances dues aux travaux, puis à l’exploitation (les fameuses vibrations et pire, la terrifiante racaille) du nouveau réseau, sous leurs immeubles de Champel, ou ont assez de 4×4 pour ne pas avoir besoin de métro…). Des intérêts privés aussi petits ne doivent pas empêcher la réalisation d’un fantastique outil de mobilité et de développement pour la ville de Genève!
Le contre-projet est présenté comme s’il fallait choisir entre le CEVA ou ce dernier. Mais ce n’est pas le cas. Si on dit non au CEVA le 29 novembre (dans quelques jours donc !), il n’y aura pas d’autres projets de RER ou de liaison franco-suisse qui désengorge le trafic avant au moins 30 ans, si on est optimiste (tout est à recommencer à zéro, les études, les concours d’architectures, le plan de financement et la levée de fonds, les négociations transfrontalières qui sont extrêmement complexes et lentes, car il faut harmoniser des législations différentes). D’autant que la France se désolidarisera face à un refus suisse très difficilement compréhensible pour eux, à ce stade.
Et à mon avis, un non au CEVA serait une vraie catastrophe pour la mobilité, pour l’urbanisme, pour le développement, le logement, et pour la culture à Genève (toute une série d’autres projets dépend de la réalisation du CEVA). La confédération a engagé un fond de presque 1 milliard (830 millions) sur le projet CEVA. Si la population dit non le 29, ces 830 millions vont être retirés à Genève, et aller financer un projet zurichois (ville qui a déjà un très bon réseau RER, avec environ 40 ans d’avance sur Genève !).
On ne peut absolument pas se permettre de continuer à faire du « sur place » dans le domaine de la mobilité à Genève, car, avec des prévisions d’augmentation du trafic de 20% sur 10 ans, on va droit dans le mur. C’est déjà un enfer aujourd’hui, on ne veut pas encore descendre plus bas tout de même !
Donc NON au CEVA, c’est aussi NON au contre-projet, c’est NON à tout projet à moyen terme !
Il faut faire bouger Genève, et la faire bouger mieux, nous en avons les moyens !
Alors pitié, allez voter d’ici au 29… et votez bien !

Tags:

25

11 2009

1 Comments Ecrivez le votre ↓

Les commentaires récents sont en bas

  1. Michael #
    1

    Heu, avec quelques distinguo quand même: ma mère n’a pas de 4×4, elle a eu son permis de conduire à 50 ans, utilise la voiture très occasionnellement (1 ou 2 fois par mois), se déplace à vélo la plupart du temps (62 ans), n’a pas peur de la racaille (elle en a élevé trois à la baraque), mais elle n’est pas favorable à ce projet. Elle habite au dessus du futur tracé, et n’a pas non plus peur du bruit ou des vibrations.
    C’est vrai, le choix n’est pas entre le CEVA et le contre-projet. Mais, une fois de plus, ce qui a manqué c’est l’implication des citoyens dans la pase projectuelle. Il était notamment question d’un tracé plus ample, en hémicycle, qui désserve aussi Saint-Julien. Et c’est ça que beaucoup de personnes ont essayé de défendre au début, non pas en s’inscrivant contre le CEVA, mais pour un projet plus concerté et mieux conçu.
    Quand aux stigmatisations 4×4 Champel, j’entrevois leur utilité sur un site militant, mais elles ont la fâcheuse tendance à polariser les esprits. Donc on ira voter, mais les rappels à « bien voter » sont un peu trop semblables à ceux lancés par les curés dans les églises italiennes, quand ils incitaient les citoyens à voter « selon leur bonne conscience », c’est-à-dire pour les démocrates-chrétiens mafieux qui ont servi d’incubateurs à Berlusconi.
    Je vote pour, pas pour le mieux, mais pour le moins pire. Après on verra si ça réduira vraiemnt le traffic. Pour ma part, je pense qu’il est grand temps de passer de l’incitation à l’interdiction pure et dure. PAS DE VOITURES EN VILLE!!!

    Mobilement vôtre, Michael



Votre commentaire

*