Archive de ‘Informations sur le trafic non-motorisé’Category

Cycle Superhighways

Bicycle Superhighway, London

Bicycle Superhighway, London

Après les « autoroutes » pour cycliste à Copenhague,  et les 180 km de parking cyclables à Genève, c’est au tour de Londres de développer de longues pistes cyclables pour pendulaires, à travers toute la ville. Le projet pilote (ouvert en mai 2010) est déjà une réussite puisqu’une augmentation de 70% d’usagers a été observée par Transport for London entre novembre 2009 et 2010. Le projet est sponsorisé par une grosse banque et est promu par un mordu du vélo : Boris Johnson, le maire conservateur de Londres ( Où est le problème?). Il a coûté à peine 23 millions de £ , ce qui comprend également des projets d’infrastructures de parking et de maintenance. Dix nouvelles routes ont déjà été planifiées pour 2015 ! Les principes de ce projet, c’est d’avoir des pistes continues et directes, confortables, faciles à trouver et sécuritaires, comme à Genève, quoi. Pour être sûr d’être bien intégrées dans le paysage, elles sont peintes en bleu-parking pétant, ce  qui tranche un peu avec le C  blanc sur fond rouge de leur congestion charge, mais on va pas chipoter sur une couleur . L’important c’est que maintenant, eux-aussi ont des places gratuite (35million de CHF) pour garer les voitures.

Retour de la neige

Papa Noël, je peux avoir un chasse caisses sous le sapin?

Carouge, le bon côté de la ville

Cycloterroristes? Cancers de la ville?

Vous n’y avez certainement pas échappé… ces dernières semaines les propos à l’encontre des cyclistes ont fusé de différents milieux. Le conseiller municipal Pierre Maudet a lancé une campagne de répression massive à l’encontre des cyclistes pendant plusieurs semaines qui a vu l’amendement de 345 cyclistes. Il parle ouvertement de cycloterrorisme alors que lui-même avoue à la presse qu’il « ESSAYE de respecter le code de la route à vélo ». De son côté, la presse n’est pas en reste. La Télévision suisse romande a diffusé dans son téléjournal un reportage très discutable sur « ces cyclistes, cancers de la ville ». La palme d’or revient tout de même au TCS et à son « journal » (édition d’octobre) dans lequel le lobby routier attaque directement le vélo, chiffres et photos à l’appui. Sauf que, manque de chance, les chiffres sont complètement manipulés et les photos sont montées!!! Suite à ces évènements déplorables, on a pu sentir un récent regain d’agressivité envers les cyclistes.

Roue Libre, Actif-Trafic et Pro Vélo Genève on réagi en organisant une conférence de presse et en envoyant des communiqués de presse , notamment à M. Maudet. Tour d’horizon dans la presse.

Lire le reste de cet article →

Communiqué de presse: mercredi 20 octobre 2010

Et voilà le communiqué qui a été adressé à la presse et à M. Maudet...

« Cycloterrorisme » ?

Trois associations genevoises en faveur de la mobilité douce répliquent et proposent leurs solutions.

Dans un climat de plus en plus tendu sur les routes genevoises, les cyclistes subissent depuis plusieurs semaines une vague de stigmatisation et de dénigrement, allant jusqu’à devenir les bouc-émissaires des problèmes de sécurité routière. Dans cette période de grands chantiers, alors que la cohabitation est de plus en plus difficile avec un trafic automobile très dense et qu’une vaste opération de répression lancée par les autorités municipales s’achève, les associations en faveur du vélo et de la mobilité douce ont proposé leurs solutions à la presse cet après-midi.

Stigmatisation et agressivité croissantes

« Nous traversons une période très tendue sur les routes, et les cyclistes genevois sont en train de devenir les bouc-émissaires des problèmes de circulation à Genève, avec des termes parfois excessifs. Ce discours a généré un regain d’agressivité de la part des automobilistes. » affirme Eric Vanoncini, président de Roue Libre. Lisa Mazzone, coordinatrice de PRO VELO Genève, confirme : « Nous avons reçu plusieurs témoignages de membres qui se sont fait agresser physiquement et verbalement par d’autres usagers de la route. »

Thibault Schneeberger, co-secrétaire d’actif-trafiC renchérit : « Nous reconnaissons qu’il y a un problème : nous avons constaté un vrai ras-le-bol de la part de piétons qui se sentent envahis par les cyclistes sur les trottoirs, et de nombreux cyclistes commettent des entorses au code de la route. Mais aucun cycliste ne fait cela par pur plaisir : lorsqu’on est en danger sur la route, on se réfugie là où l’on peut être en sécurité, et on prend de l’avance pour éviter d’être dans les flux d’automobiles. »

Pour les associations, l’opération de répression menée par les autorités municipales ne résoudra rien à long terme. Les cyclistes sont très vulnérables puisqu’ils sont les seuls usagers sans moteur à circuler sur les routes avec les voitures et les camions. Il est donc grand temps de mettre en œuvre de vraies solutions pour assurer leur sécurité.

Point de rupture atteint : aménagements cyclables urgents !

« Le vélo doit être une solution pour se déplacer au quotidien, avec une certaine fluidité. Afin que cela soit possible, la ville doit se transformer. » Lisa Mazzone, de PRO VELO Genève, propose plusieurs aménagements qui amélioreraient la situation : « créer des sas vélos aux feux, ou donner l’autorisation de tourner à droite au feu rouge pour autant qu’il y ait un aménagement cyclable comme c’est le cas depuis peu à Paris, ou encore développer les feux spécifiques aux vélos. »

L’initiative « pour la mobilité douce » : 1m50 pour rouler sans mourir

Thibault Schneeberger, d’actif-trafiC : « Nous sommes arrivés à un point de rupture au niveau des transports et l’heure des choix à sonné. Notre initiative (IN144) pour la mobilité douce (qui demande des pistes cyclables directes, continues et sécurisées pour toutes les routes primaires et secondaires) devient indispensable. L’urgence est d’autant plus grande que la mise en place du réseau de vélos en libre-service va jeter 1200 cyclistes néophytes sur nos routes. Il en va de la responsabilité de l’Etat de créer des aménagements sécurisés pour rendre le vélo accessible à tous. Nous demandons juste 1m50 pour rouler sans mourir. »

Le code de la rue : pour repenser la place de l’automobile

Alors que la ville est aménagée par et pour l’automobile, les autres usagers de l’espace public n’ont trop souvent plus que quelques mètres carrés à se répartir entre eux. « Il devient nécessaire de mettre en place un code de la rue qui donne la priorité aux usagers les plus faibles et qui repense la ville comme un lieu convivial. » Eric Vanoncini, de Roue Libre, conclut : « Il aura fallu brûler des hérétiques pendant des siècles pour que l’humanité réalise enfin que la terre n’est pas au centre du système solaire. De même, il devient urgent de réaliser que ce n’est pas la voiture qui devrait être centre de la ville, mais bien l’humain ».

Park(ING) Day 2010

Le 22 septembre… journée sans voitures à Genève???

Belle utopie! D’autant plus que la ville de Genève ne fait plus rien depuis quelques années et qu’il faut vraiment chercher pour trouver une diminution du trafic en ville, ne serait-ce que d’un iota!!!

Il aura fallu quelques initiatives de Roue Libre, d’ Actif-Trafic, d’Ec(h)oMag, de Greenpeace, des jeunes vert-e-s et des pique-niques urbains pour que quelque chose se passe quand-même dans nos rues!!!

Rdv donc dès 17h le mercredi 22 septembre à la rue de Carouge, en face de la Coop.

Apportez vos canapés, fauteuils, vélos, plantes vertes, télévisions, bouteilles de blanc pour transformer les places de stationnement de la rue de Carouge en lieux de vie… si l’imagination ou le temps vous manquent, vous pouvez tout simplement débarquer sur place, déguster une fondue, participer à quelques contests à vélo jouer au poker, faire du vélopolo et bien plus encore…

Park(ING) Day, où l’art de transformer une place de parking en lieu de vie agréable et de montrer par là que les quelques 267 terrains de foot dédiés au parking à Genève pour des voitures qui restent stationnées (et donc inutiles) 98% du temps pourraient être utilisés autrement (et plus agréablement…)

Donc on compte sur vous pour montrer que quelque chose peut se passer dans cette ville…

Si vous voulez jeter un oeil à ce que ça pourrait être, c’est par ici!

Pour plus d’infos, hésitez pas à nous contacter!

Selon une idée de Rebar Group

This one runs on fat…

Trouvé sur internet (merci Dan!)

No comments…

EDIT : et tant qu’on y est, on met aussi les sources : Peter Drew via (entre autres) Flickr

La fin de l’automobile?

Le discour « anti » voiture n’est pas né d’hier… mais est-ce que depuis qu’on en parle la situation à évolué? Le documentaire qui suit date de 1973, les réflexions faites font plaisir à entendre, on a tendance à oublier que des gens se posent les bonnes questions depuis très longtemps… mais alors pourquoi rien n’a changé?

Pour faire frétiller les yeux de nos lecteurs, une phrase sortie de ce documentaire: « La bicyclette est le moyen le plus efficace de propulsion qui ait été inventé »

retrouver ce média sur www.ina.fr

via: le faketeur

Freewheel Girls Geneva

Il y a aussi des filles qui aiment le vélo :  » No balls, no fixed, no tricks. Just wheels and chicks ! C’est un club pour les filles qui aiment faire du vélo juste pour le plaisir de rouler, sans chichis, sans défi sportif, rien.  Le but est d’organiser des sorties, des events des trucs sympas en somme. Par exemple une virée en campagne est organisée pour la journée caves ouvertes! »

Et les garçons ne sont pas exclus ! FGG : Freewheel Girls Geneva.

Scrapertown

A voir en plein écran, HD on !

de california is a place via boingboing

Tags: ,